Une boîte puis un tic tic tic* …

01102016-dsc_0308-3blogIci  un jardin d’éden, pour planter le décor je vous dirais que ce lieu magique est un lieu de ressource pour de nombreuses personnes, ici en bord de rance, la vie est plus jolie.

Le contact animalier demeure, nous sommes chez Vanessa Aube au centre équestre « Les Ecuries des Perrières ».

Chevaux, chiens, chats, tourterelles pour ne pas dire pigeons et autres familiers de campagnes sont le trésor généreux de cet endroit. Je l’ai très bien connu ce lieu, il était pour moi mon monde, un lieu qui prend part entière dans mon histoire,  car j’ai eu cette chance d’y passer de nombreuses années de mon adolescence.

En discutant avec différentes personnes, aujourd’hui le monde de l’équitation souffre toujours  de cette vieille idée qu’il serait réservé à une classe élitiste, bien qu’il tente à se démocratiser. Issue d’un milieu moyen, on peut bien entendu considérer que c’est une chance pour moi d’avoir eu accès à cette fabuleuse école de la vie. Le monde équestre à certainement plusieurs visages, mais celui que je vais décrire est certainement élogieux.

La vie d’un club c’est surtout un quotidien rythmé par les soins prodigué aux pensionnaires élémentaires , les chevaux et poneys. La journée démarre tôt et fini tard, il y a les cours et les stages pour passer des galops (diplômes de niveaux) et les pensions proposées aux propriétaires, des activités essentielles sans quoi rien n’est possible. La gestion d’un centre équestre ne peut se faire seul il faut des moniteurs/soigneurs, des stagiaires et aussi de l’aide émanant des adhérents. La jeunesse qui donne l’âme au club, les générations se sont succédé aux Perrières, la mienne était un grand vive la Joie! Nous étions heureux de venir grandir auprès de ces animaux tout à fait bons. Nous retrouver pour apprendre à aider, à partager, à s’écouter, à écouter, à se dépasser lors des compétitions, à remercier, à aimer… De nombreuses émotions nous ont tous imprégné durant ces années. Je crois que seule une école de sport pouvait et peut autant inculquer aux futurs adultes que nous allions devenir. Je me souviens passer des journées de vacances de 8h à 20h sans prendre de cours, simplement y être.

Y être pour se ressourcer, oublier ce qui ne va pas à la maison et grandir en toute quiétude pendant quelques heures.

Je réalise encore plus depuis que je suis responsable d’un futur adulte l’importance du sport dans la vie d’un homme, tout tourne autours, un cercle d’amis, d’émotions de rigueurs, comme un cercle vertueux.01102016-dsc_0328-3blog

Aujourd’hui, nous avons tous des vies mangeuses de temps, mais les amis que j’ai rencontré dans ce lieu sont des amis avec lesquels rien ne change, on ne se voit pas toujours mais lorsque nous sommes ensemble notre lien est proche, fort et rassurant.

Ce jour même j’ai souhaité présenter ce paysage à ma petite fillette. Son émerveillement devant ces animaux m’a terriblement émue. Sans doute aussi que cette petite immersion à soulever ma sensibilité.

Nous retournerons très très prochainement, car oui on y revient toujours.

Nenette

01102016-dsc_0314-3blog

*seuls mes amis et les personnes du club pourront associer ce tic tic tic à cette sorte de boîte aux lettres qui n’est autre que la boîte à courant qu’il ne fallait pas oublier de débrancher en allant chercher les chevaux au paddock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *