En toute conscience.

04032016-DSC_0261

Home, 4 Mars 2016

Tic tac tic tac tic tac, d’ici quelques jours tu souffleras ta première bougie, une année s’est écoulé depuis notre toute première rencontre. Le temps qui passe, celui qui fuit comme l’eau qui coule, ce temps précieux dont on manque, toujours, nous fait prendre conscience de l’importance de Vivre fort.  En une année, tout peut se passer.

Sans vouloir ramener tout à mon « Moi » je pense que cette année m’a transformée. J’ai appris. J’ai tellement appris. Mon corps et mon esprit ont prit vie d’une fonction maternelle jusqu’à alors ignorée, mais qui je crois est présente en chacun et chacune ( oui l’homme a un côté maternelle aussi). A l’apaisement qu’il procure, on découvre la puissance du parfum de notre peau sur l’enfant pour premier exemple, puis on se dote de sens inouïs comme celui qui nous pousse à regarder son enfant au moment même où il s’est mis un doudou sur le visage tout petit, ou lorsque qu’un peu plus grand il s’apprête à tirer sur un sac  en hauteur qui pèse aussi lourd que lui, bref un sens comme radar aux dangers! Véritablement et vraisemblablement nécéssaire lorsque l’on devient maman. Il y a aussi cette vue qui est vive, cette ouïe  se développant au maximum et qui vous donne le droit d’entendre comme un dauphin! Vous entendez votre enfant à travers les pièces, et vous développez une capacité d’analyse incroyable, vous pouvez différencier pleurs de faim, pleurs de fatigue, pleurs de douleurs ( souvent aux fameuses poussées dentaires ).

Mais au delà de  tout ces nouveaux réflexes physiques, notre esprit s’arroge d’un air grave. Cet esprit qui est comblé d’une chose inouïe par l’AMOUR de notre enfant, mesure la responsabilité nouvelle d’ériger son enfant dans la vie comme un arbre inébranlable, aux racines bien ancrées. Lui offrir l’AMOUR, le nourrir, le cultiver, l’éduquer, lui transmettre tout, essayer de faire au moins aussi bien que l’on nous a montré.

PRENDRE CONSCIENCE que ce tout petit être est né pour être aimé, et en ce sens l’ériger au plus haut que l’on puisse le faire. Avoir la responsabilité de ce petit être c’est cela qui peut donner à l’esprit cet air grave de pleine conscience, aujourd’hui tu nais mon enfant, alors les choix que je ferais ne me concerneront plus uniquement, ils seront forcément pris dans l’espoir de t’ériger au mieux. Bien entendu tu me pardonneras tout, et c’est pour cela que nos actes manqués comme un simple choix professionnel seront plus douloureux.

Mais en toute conscience de la responsabilité, on sait que l’on ne pourra pas tout réussir, on sait seulement que l’on apprendra. L’Amour nous soignera de tout, et en cultivant celui-ci on érigera ensemble un Arbre vivant, sain et fort.

Nenette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *