26 Septembre 2018

26 Septembre 2018

28092018-_DSC239826 Septembre 2018

Il n’est pas évident de parler de soi, parfois on en ressent le besoin. Les gens vous connaissent sous le profil que vous laissez vivre. C’est bien de cela que je souhaite exprimer.

Jennifer est une fille discrète, au comportement sans histoire, peu de gros mots à la bouche, peu de médisance en elle. Aucuns soucis à s’autogérer depuis l’enfance.

Lorsque vous avez dans une fratrie deux enfants et que l’un deux est malade très jeune et qui de plus est, ne gère pas ses émotions à l’adolescence, cela laisse peu de lumière au deuxième enfant. Toujours dans les jupes de ma mère  trop selon certains (vous le sentez le premier jugement).

Bref grandir ce n’est pas évident, un adulte en construction c’est un VRAI chantier. On passe par toutes les envies on se créer toujours plus de besoins matériels et immatériels. Suivre les personnes influenceurs de près ou de loin pour être juste normal. Je me souviens avoir souvent eu des conversations émues avec mon père, simplement par manque affectif, j’avais 13, 14 15 ans et plus et les mêmes mots ressortaient. Je lui disait que « je n’ai rien demandé » je voulais que mes parents prennent conscience que lorsque que l’on décide de se séparer il fallait mettre les bouchées doubles au niveau affectif envers ses enfants. Je ne peux pas leur en vouloir eux même n’ont reçu que peu de preuves d’amour enfants. Peut être qu’ils ne savaient pas faire. Pour autant je pense avoir eu la chance qu’ils mettent les bouchées doubles pour me permettre de pratiquer une activité onéreuse. L’équitation et plus précisément le contact avec les chevaux m’a permis de survoler les problèmes de l’adolescence auxquels ma sœur y était enlisée.

Je pense que l’idée de cet article est née car aujourd’hui je constate que l’on est souvent jugé à tord. Peut être ai-je des problèmes de relations avec les autres parce que je n’ai pas de meilleur (es) ami (es) avec qui je partage tout. Je ne parviens pas à ne pas  ressentir ce besoin de solitude. Je n’aime pas pour autant vivre en autarcie, ma petite famille est mon bonheur quotidien, recevoir des amis me fait plaisir. Il m’est arrivé d’en pleurer à me demander si j’étais normale, et ça m’attriste de repenser à cela car c’est le monde que l’on a créé qui nous pousse à nous poser des questions qui n’ont pas de réponses. Je suis une enfant curieuse, qui peut intriguer par sa façon d’être, sa façon de gérer ses émotions. Au travail je suis investie dans ce que l’on me demande, je ne ressens pas le besoin d’être bien vue, d’être la plus cool, la plus sympa, je veux simplement être moi. A l’avenir j’aimerais que l’on m’apprécie pour ce que je suis même si c’est avec l’image de solitude mystérieuse. Je suis une personne qui relativise, la vie n’est pas la même pour tous, j’ai bien du monde en tête, des guerriers face aux coups bas de la vie. J’ai la chance de pouvoir sourire chaque jour avec mes proches sur des choses si simple.

Simple, c’est un mot que j’aime particulièrement. Je n’ai plus de patience pour certaines choses. Je n’ai en fait pas de temps à perdre avec ce qui me blesse. Ce qui me manque toujours c’est le temps (pas étonnant que je suis en retard dans TOUT). Nous sommes en vol pour une destination qui je l’espère va enrichir mon esprit par l’exploration d’un bout de monde inconnu sa culture ses paysages et les personnes qui y vivent mais aussi par l’introspection que le temps va me permettre de faire. Aujourd’hui avec mon lui. Un jour avec Notre petit chat pour « transmettre » et ouvrir son esprit.

C’est pour cela qu’il faut travailler : E X P L O R E R.

28092018-_DSC2445-2

3 Comments

  1. Un beau récit qui en dit long.
    Je sais que tu as livré bien des batailles et je crois être la mieux placée pour te comprendre.
    Tu n’as pas changé nénette reste comme tu es et les mauvaises langues mais les de côté.

    Bonne chance et souris à la vie

    Signé une amie d’enfance

Répondre à Benoist Alexia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *